Categories:

Une voisine n’a plus besoin de baby-sitter

Quand j’avais 20 ans, je gardais régulièrement les filles de mes voisins. Leur mère devait travailler tard de temps en temps, leur père n’était plus là depuis des années. Parfois, la mère sortait pour une soirée, elle n’avait que 30 ans et voulait parfois une soirée pour elle, ce qui est compréhensible. Les filles, Sarah et Marlies, avaient 9 et 7 ans et ne pouvaient donc pas encore rester seules à la maison. Nous regardions toujours la télévision, nous en mangions, puis ils devaient aller se coucher. C’était de l’argent facile. Quand Sarah a eu 13 ans, c’était aussi la fin du baby-sitting, quand la mère pensait qu’ils étaient assez grands pour être seuls pendant quelques heures. J’ai eu de la chance car j’avais terminé mes études et j’ai déménagé à Gand parce que j’y avais loué un appartement.

Quelques années plus tard, Sarah, aujourd’hui âgée de 18 ans, s’est également rendue à l’université de Gand. Il n’y avait pas de place dedans, parce qu’ils ne l’avaient pas encore bien large, car la mère était encore seule et devait s’occuper de son argent. Cet été-là, je suis allé au bbq de mes parents et Sarah, Marlies et Aline (la mère) sont également venues prendre un verre. Il est apparu que Sarah n’aimait pas le fait qu’elle ne pouvait pas rester dans sa chambre, et qu’elle était en colère à ce sujet depuis un an. J’ai suggéré que si elle sortait, elle pouvait venir dormir dans mon appartement, j’avais une pièce de rangement que j’avais transformée en deuxième chambre parce qu’elle était juste assez grande pour y mettre un lit. Après avoir beaucoup pleuré, Aline a accepté que Sarah passe la nuit ici et là avec son accord.

Les premiers mois, elle dormait environ 4 fois. Elle avait été gentille et silencieuse chaque fois qu’elle venait me voir après une soirée parce que je n’avais pas encore eu de nouvelles d’elle. Jusqu’en novembre, où j’ai été réveillé la nuit vers 3h30 du matin par une détonation assez forte. Il semblait que Sarah avait bien bu, et qu’elle était entrée par hasard dans mon salon. Je suis allé voir, et j’ai vu qu’elle avait vomi elle-même. Alors bien sûr, je n’ai pas pu la mettre au lit, je l’ai emmenée dans la salle de bain, où j’ai pris un chiffon et l’ai un peu nettoyée. Je l’ai saisie par le dos (55 kg et 1m65 était encore faisable à soulever) et l’ai emmenée à la cuisine, où je lui ai donné de l’eau. Au bout d’un moment, elle a commencé à se remettre un peu, et a constaté que les taches sur ses vêtements étaient sales, et elle les a enlevées. Soudain, elle était assise en soutien-gorge devant moi, après quoi elle a enlevé son pantalon aussi, parce qu’elle avait soudain vu qu’il y avait des marques dessus aussi. Elle était devenue une belle fille, un peu grincheuse avec ses cheveux bruns courts et serrés jusqu’au cou, des yeux verts, des lunettes sur le nez et les seins et un cul qui avait besoin d’être un peu plus rempli, mais c’est mon type pour être honnête. Désolé de vous avoir réveillé, dit-elle. J’ai dit que ce n’était pas un problème. Elle s’est couchée un peu plus tard et est partie tout de suite. J’ai mis ses vêtements dans la machine à laver, et quand je me suis levé à 8 heures dans le sèche-linge. À 10 heures, j’ai reçu un message de Sarah pour me remercier d’avoir lavé ses vêtements, car sinon elle devait aller en classe avec des vêtements très sales. Elle m’a également demandé quand j’étais à la maison ce soir-là parce qu’elle voulait venir discuter avec moi. J’ai dit que je serais à la maison à 15h30.

À 15h45, elle est arrivée chez moi et a immédiatement recommencé à s’excuser. J’ai répété que ce n’était pas mal, que j’aimais bien m’être occupé d’elle et qu’elle ne devait certainement pas se sentir coupable. Je lui ai dit qu’au début, je pensais qu’elle était arrivée avec un garçon ce soir-là. Elle a ri et a dit qu’elle n’avait jamais rien fait avec un garçon auparavant. Oh, donc vous êtes en fait encore vierge, ai-je demandé. Oui, dit-elle, mais j’ai une certaine expérience avec les filles. Ah ok, donc je n’ai pas à m’inquiéter que tu viennes soudainement ici avec un garçon, j’ai dit. Elle a dit : “Je les aime bien tous les deux, alors qui sait ? Seulement, j’ai peur de coucher avec un garçon parce que je ne l’ai jamais fait avant et je ne veux pas paraître maladroite. Vous ne devez pas avoir peur de cela, ai-je dit, une jolie fille comme vous, le garçon qui s’est mis au lit avec vous est un garçon chanceux, donc que vous soyez maladroit ou non, vous devez juste essayer d’en profiter.